Le traitement des eaux usées

Le nouveau mode de production des pays industrialisés entraîne de nouveaux défis en matière de gestion de cycle de l'eau. Le traitement des eaux usées est-il une réponse aux problèmes de sécheresses ?


Principes du traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées consiste à éliminer les contaminants organique ou inorganique des eaux en provenance urbaine ou industrielle. Dans le pays toutes les installations immobilières doivent être raccordées à un réseau d'assainissement collectif, ou à un système d'assainissement autonome. Le traitement d'eaux usées est vital pour l'humanité.

Il révèle toute son importance pour les activités où la qualité d'eau potable n'est pas obligatoire : le nettoyage d'équipements industriels, l'irrigation, l'arrosage des espaces verts, etc. Notez que l'agriculture représente 70 % de la consommation mondiale d'eau et 22 % pour l'irrigation d'espaces verts et l'aménagement paysager.


Les techniques de traitement d'eaux usées

Les techniques d‘assainissement d'eaux usées varient en fonction des pollutions à traiter et des usages futurs des eaux dépolluées. Dans les zones d'habitat concentré, le processus commence au niveau des réseaux d'assainissement collectif où les eaux usées sont collectées puis envoyées vers une station d'épuration. En milieu rural ou dans les zones d'habitat dispersé, cela a uniquement lieu dans les installations d'assainissement autonome. Les eaux envoyées vers les centres épuratoires subissent plusieurs traitements avant d'être réutilisées.


-   Le pré-traitement : consiste à retirer mécaniquement les polluants les plus accessibles

-   Le dégrillage : permet d'enlever les solides de taille importante

-   Le dessablage : élimination des solides fins par tri de masse

-   Le déshuilage ou dégraissage : retenir les matières en suspension à la surface


Les produits issus de ces étapes ne sont pas totalement épurés. Pour le devenir, ils doivent encore subir quelques traitements :

-   traitement primaire qui consiste à enlever les polluants restants sans ajout de réactifs

-   traitement physico-chimique permettant de retenir les contaminants invisibles par ajout de réactifs chimiques (sels métalliques pour faire coaguler les polluants dangereux).


La dernière étape de la chaine d'assainissement d'eau est la reconstitution artificielle du phénomène naturel d'autoépuration bactérienne. Une très faible quantité d'eaux usées traitées rejoint l'utilisation ménagère.


Les enjeux du traitement des eaux usées

L'épuration d'eaux usées a plusieurs enjeux majeurs dès lors qu'elle permet de :

-   réduire le volume de déchets à traiter dans chaque pays.

-   préserver l'équilibre environnemental : l'eau commence à se faire rare sur la planète alors que le besoin en la matière est grandissant. En France par exemple, on consomme environ 200 litres d'eau par jour par personne

-   éviter de puiser dans les ressources naturelles. Grâce au traitement des eaux usées, l'agriculture ne dépend plus de la pluie.

-   diminuer significativement les rejets d'eaux usées dans le milieu naturel. Les eaux sales polluent l'air et favorisent la prolifération des maladies bactériennes.


Le traitement permet de revaloriser les déchets organiques libérés dans les eaux usées. Retenez que 1 m³ d'eau sale produit jusqu'à 400 grammes de boues, dont 75 % sont réutilisées en agriculture. Ce fait revêt d'un intérêt particulier du moment où la méthanisation des boues se développe.

Les 88 stations d'épuration en France produisent 1000 Gigawatts d'énergie à partir de 370 000 tonnes de boues. Les États membres de l'OPEP sont sur la bonne voie en matière de revalorisation de déchets. L'Arabie Saoudite a commencé à utiliser l'énergie renouvelable depuis 2006 avec le projet intitulé « integrated waste management » de Mohamed Ayachi Ajroudi. À cette époque, l'État générait déjà 60 mW d'énergie verte à partir de ses ordures ménagères. Notez que Mohamed Ayachi Ajroudi est un proche collaborateur de SUEZ, la première industrie de recyclage en France.